Psychiatrie, une discipline médicale comme les autres

Besançon

Du Lundi 16 au Mardi 17 avr

Présentation


La psychiatrie est une "discipline d'avenir", comme Madame la Ministre de la santé l'a affirmé le 26 janvier 2018 au congrès de l'Encéphale.

 

50 ans après son autonomisation en termes de soins, d'enseignement, et de recherche, elle est l'une des priorités de la stratégie nationale de santé : prévention, dépistage précoce, organisation de la gradation des soins au sein des territoires, formations et enseignement, innovation et recherche, promotion de la santé mentale et lutte contre les addictions.

Sa place au sein des Groupements Hospitaliers de Territoire, des Communautés Psychiatriques de Territoire, des Projets Territoriaux de Santé Mentale dans le cadre des Projets Territoriaux de Santé, en fait l'un des moteurs de l'évolution de notre système de santé, du développement des parcours de soins et de leurs financements.

 

La politique de secteur fait de la psychiatrie le précurseur des alternatives à l'hospitalisation, des réseaux de soins et de santé, de l'ouverture sur la ville et sur la société... mais elle reste encore trop souvent à l'écart des autres spécialités médicales, tout particulièrement de la médecine générale, et il est temps qu'elle s'en rapproche.

Ce peut être, avec l'adaptation des enseignements et le développement de la recherche, en liens avec les neurosciences et les sciences humaines et sociales, le moyen d'améliorer l'attractivité de notre discipline pour les jeunes médecins.

De même, il est nécessaire que soit reconnu le rôle de l'ensemble des acteurs du soin, notamment celui des équipes infirmières, des psychologues et des travailleurs sociaux, mais aussi celui des patients et de leur entourage : la prise en compte de l'histoire personnelle et familiale, des facteurs biologiques, psychologiques, socio-environnementaux, selon une perspective développementale à tous les âges de la vie, est à la base d'une stratégie de soins dynamique, individualisée, adaptée au moment évolutif de la pathologie, dans le cadre d'un diagnostic partagé et d'une véritable alliance thérapeutique.

 

Plus de 25% de la population souffre, a souffert, ou souffrira, de troubles anxieux, de troubles dépressifs, de troubles psychotiques, de conduites addictives...

Nous sommes tous concernés, d'autant que la notion de bien être psychique dépasse largement l'absence d'une pathologie : la psychiatrie est à la santé mentale ce que la médecine est à la santé !

 

Lieu


Maison des Sciences de l’Homme et de l’Environnement

Besançon

 

Pour plus de renseignements


Adesm